Serge Perichon

Le printemps de la photo au Havre

Serge Perichon

96, de Palmyre à Alep…

Où naître et où mourir ?

En ayant cette discussion avec Marc, mon camarade photographe, il me confia un jour que le Kirghizistan avait été son deuxième pays de naissance… Cela m’a touché et questionné.

Au cours de mes errances, qui m’ont régulièrement conduit à une époque de ma vie vers les pays du Proche Orient, j’ai souvent eu le sentiment d’être également lié à eux par une histoire personnelle enfouie.

Les lumières, les odeurs, le tempo de la vie, les gens, tout cela m’a toujours susurré une petite mélodie comme une sorte de clin d’œil à ce qui m’attache au Monde…

En 96, en découvrant Alep et son effervescence indolente, je m’y suis reconnu plus que jamais auparavant. Et c’est là, qu’il y a un peu plus de vingt ans, j’avais acquis la certitude que, lorsque je sentirai  la fin proche, ce serait le lieu de mes derniers instants pour y trouver la quiétude…

Inutile de dire que l’histoire en a décidé autrement et que la vie à Alep aujourd’hui aurait pour effet d’accélérer le processus de manière certaine.

J’ai aimé ces lieux, j’ai aimé ces gens, les enfants que j’ai photographiés alors, sont maintenant des adultes, des trentenaires, des quadras… Sont-ils encore vivants ?

J’espère que ces images pourront témoigner de la tendresse que j’ai eue pour ces personnes croisées et ces lieux arpentés…

Lieu d’exposition :
Art Hotel
147 , rue Louis Brindeau, 76600 Le Havre
02 35 22 69 44